Culture & Enseignement

Conférence sur l'approche de lutte contre le terrorisme et le rôle des forces armées

Nouakchott,  29/10/2010
Le dernier jour du dialogue national sur le terrorisme a été marqué par une conférence donnée par M. Hamady Ould Hamady, ministre de la défense nationale sous le thème "l'approche nationale de lutte contre le terrorisme et le crime organisé".
Le ministre de la défense a souligné que la tentative de lier le terrorisme à l'Islam est une erreur car contraire à la religion islamique en raison de la propagation de la terreur dans les coeurs des musulmans et des tueries injustes et injustifiées que cela comporte.
Sur les causes de la naissance du terrorisme, le ministre a indiqué qu'à l'origine du terrorisme il y a des causes principales dont la pauvreté, la marginalisation et l'exclusion relevant que la pauvreté peut être traitée par des moyens tels que l'égalité et la justice sociale entre toutes les franges de la société.
Il a ajouté que le terrorisme est une idée qui ne doit être combattue que par une autre idée et la création d'un état de droit qui oeuvre à propager les libertés publiques loin de toute répression et persécution relevant que l'armée identifie le terrorisme comme un ennemi juré.
M. Hamady Ould Hamady a noté que la pérennité du développement économique est tributaire de l'existence de la sécurité soulignant que l'armée mauritanienne a fait l'objet d'une modernisation depuis 2008 c'est ainsi qu'elle a été divisée en différentes unités (de la gendarmerie, de la garde et de l'armée) couvrant l'ensemble du territoire national.
Il a attiré l'attention sur le fait qu'il n'existe pas sur le territoire mauritanien ni Qaida ni camps d'entrainements ni dépôts de munitions pour les terroristes relevant que "nous n'accepterons en aucun cas l'existence de bases militaires terroristes dans notre pays".
M. Boubekrine Ould Ahmed a, suite à cette conférence, dit que le terrorisme est devenu une réalité de fait dont il faut prémunir la société.
Il faudrait donc, dit-il, le contrer de manière globale au foyer, à l'école, au jardin d'enfants et au bureau et mobiliser toutes les ressources et les énergies contre les crimes terroristes est un devoir pour tous.
Pour sa part, Mme Mehla Mint Ahmed a fait remarquer que l'éducation religieuse et civique constitue la seule garantie pouvant prémunir les générations montantes contre ce phénomène.
La plupart des intervenants ont noté la nécessité de coordonner au niveau sécuritaire avec les pays de la sous région, de mobiliser les jeunes et d'ouvrir le dialogue avec les terroristes et intégrer la femme dans le dialogue sur le terrorisme et l'extrémisme.
Dans ses réponses aux interventions des orateurs, le ministre de la défense a indiqué que son département s'attelle à tirer parti de l'expérience des retraités à travers la concertation avec eux. Il a aussi vu d'un bon oeil la suggestion portant sur la mobilisation des jeunes notant toutefois qu'elle doit être bénévole et de plein gré.
Le dernier jour du dialogue national sur le terrorisme a été marqué uassi par une deuxième conférence présentée par le colonel Boukhary Ould Ahmedou, sur le rôle des forces armées dans la lutte contre le terrorisme dans laquelle il a relevé que l'important pour les hommes de la sécurité n'est pas la définition du terrorisme mais bien sa connaissance.
Il a ensuite abordé les méthodes de lutte contre le phénomène comme la dissuasion et la prévention notant que la dissuasion réside dans la possession de la force suffisante pour porter un grave préjudice à l'ennemi et la volonté politique d'utiliser cette force ainsi que la conscience de l'ennemi du danger que représente pour lui de s'exposer à cette force de dissuasion.
La prévention, quant à elle, tient de l'existence d'un cadre efficace de collecte du renseignement pouvant empêcher ou prévenir des cas de tension subite et fermer, le cas échéant, les robinets du terrorisme.
La troisième conférence sur "les groupuscules terroristes agissant dans le Sahel africain" présentée par le commissaire divisionnaire, M. Mohamed Lemine Ould Ahmed a précisé que les terroristes agressent les innocents au nom du "Jihad" alors qu'ils sont loin de ce jihad relevant que parmi les manifestations de ce phénomène la spoliation des biens publics par la force des mains des comptables comme nous avons eu à le connaître.
Il a passé en revue les opérations et les vaines attaques que des kamikazes ont eu à mener récemment soulignant qu'ils réfléchissaient à une dangereuse explosion généralisée à tout Nouakchott mais l'armée les précéddés dans son intervention au Mali 3 jours seulement avant la fameuse explosion.
Le conférencier a affirmé que les points de passage ont été délimités aux frontières du pays et leur surveillance a été assurée avec rigueur pour limiter le phénomène du terrorisme.
Les intervenants ont, quant à eux, appelé les partis politiques à oeuvrer à une meilleure prise de conscience de la société du danger du terrorisme et à favoriser l'égalité des chances pour tous pour accéder à une vie digne.
Ils ont remercié le ministre de la défense pour les éclaircissements présentés dans sa conférence au sujet de la délimitation des frontières et de leur sécurisation et notamment sur le fait de rassurer les citoyens sur leur sécurisation par l'armée et celle de leurs biens.
L'Office national du tourisme (ONT) a accueilli, pour la première fois depuis sa création, au kilomètre 75 au sud d'Akjoujt, les participants à la 5ème édition du Rallye "Légende des Champions" qui a passé deux jours en Mauritanie et quitté jeudi en direction du Sénégal.
Au devant des accueillants du rallye, se trouvait Mme Khadijetou Mint Doua, directrice générale de l'Office national du tourisme qui a installé un campement spécial pour abriter les 150 concurrents de 13 pays utilisant les 87 voitures et 25 motos que compte ce rallye.
Des panneaux et pancartes ont été implantés exprimant la bienvenue aux hôtes et traduisant l'hospitalité mauritanienne.
Les responsables de l'Office ont organisé à l'intérieur du campement une exposition sous la tente comprenant des documents et des photos montrant les trésors touristiques et culturels que recèle la Mauritanie.
Une soirée artistique a, en outre, été organisée en leur honneur.
Après le déjeuner, la directrice générale de l'Office a entrepris une visite des différentes parties du campement en compagnie de M. Raoul, directeur du rallye et de son adjointe et écouté des explications détaillées sur son organisation technique présentées par les concurrents qui ont loué la disponibilté des habitants et leur hospitalité et exprimé leur disponibilité de leur présenter de l'aide.
De leur côté les responsables de l'Office ont fait état des potentialités touristiques du pays et du climat de sécurité et de stabilité qui y règne.
Mme la directrice générale a eu plusieurs entretiens avec les participants au rallye dont des hommes d'affaire qui ont dit leur volonté de continuer à communiquer avec l'OMT pour découvrir les opportunités d'investissement dans le pays.
Dans une déclaration à l'AMI, Mme Khadijetou Mint Doua a précisé que ce campement constitue pour elle une exposition internationale libre qui ne nous a pas coûté des frais de voyage et qui a permis de présenter le vrai visage de la Mauritanie à savoir un visage hospitalier, ouvert à autrui et une terre sûre et stable.
Elle a encore fait remarquer l'admiration constatée chez ces concurrents de leurs hôtes mauritaniens qui, après avoir entendu l'appel du muezzin et accompli leur prière, sont venus s'aligner pour les accueillir. Cette admiration a retenu son attention relevant la tolérance de l'Islam et l'ouverture des musulmans contrairement aux clichés que vantent les extrémistes.
L'accueil s'est déroulée en présence de M. Mohamed Mahmoud Ould Be Ould Ne directeur du tourisme et du hakem d'Akjoujt ainsi que du chef d'arrondissement administratif de Bénichab.
Le rallye qui est entré en Mauritanie mardi en provenance du Maroc avait dépassé le sahara mauritanien du nord ouest vers le sud est sur 450 km avant d'arriver à Atar.
la journée suivante il a fait Atar - Akjoujt passant par Azougui, Tergit et la passe de Tivoujar avant de dépasser les dunes de sable d'Amoutlich sur 410 km.
Jeudi, à l'aube, les participants avaient entamé l'étape entre Akjoujt et Saint Louis du Sénégal par le barrage de Diama passant par Nouakchott.





Dernière modification : 29/10/2010 17:00:00