Culture & Enseignement

Seconde journée du débat national sur le terrorisme et l'extrémisme

Nouakchott,  25/10/2010
25 (AMI) - Les travaux du débat national sur le terrorisme et l'extrémisme se sont poursuivis aujourd'hui lundi, pour la deuxième journée consécutive, au palais des congrès de Nouakchott.
Cette seconde journée a été marquée par la présentation de deux conférences. La première, sur " la dimension pédagogique de la lutte contre le terrorisme ", a été animée par Dr Abdallahi Ould Mohamed Salem Ould Seyid, vice-doyen de la faculté des lettres et des sciences humaines.
Le conférencier a défini le terrorisme, comme étant "une description donnée à ceux qui s'engagent dans les itinéraires de la violence et du terrorisme, aux fins de réaliser des objectifs politiques " a-t-il dit, précisant que c'est aussi " toutes les formes de terreur, de nuisance, de chantage et d'assassinat sans droit ".
Il a également indiqué que " les images véhiculant le terrorisme chez nous, ont englobé les diverses formes de criminalité, qu'elles sont étrangères à notre charia et aux valeurs de notre société et à notre système éducatif ", précisant " que les justifications de ces actes, ne sont que des motifs visant à couvrir des passions criminelles ". Il a souligné par la suite, que la majorité des jeunes touchés par "le virus" du terrorisme, l'avaient attrapé pendant leur adolescence,
" une phase de la vie que l'éducation affirme être fortement fragile et exposée à des défis de bonne conduite, surtout si l'individu perd au cours de cette période l'immunité pédagogique " a-t-il ajouté.

Evoquant le traitement de ce phénomène, le conférencier a précisé qu'il réside en premier lieu " dans la nécessité de l'éveil de tous les milieux pédagogiques sur ses énormes dangers, de leur participation pour l'affronter depuis la famille jusqu'aux amis, en passant par l'école et la mosquée, en plus de la lutte totale contre de la culture néfaste de l'excès et son remplacement par l'ancrage de valeurs nobles protégeant les jeunes du terrorisme ".
Commentant cette présentation, M. Mohamed El Mokhtar Ould Sidi Mohamed a mis en exergue le danger que représentent le terrorisme et ses adeptes " qui terrifient sans droit les musulmans ".
Le second exposé abordé au cours de cette seconde journée du débat national a porté sur le thème
" contribution à une étude aux dimensions psychologiques et sociales du phénomène de l'extrémisme et du terrorisme", présentée par M. Abdallahi Ould Ahmed Vall, professeur de sociologie à l'université de Nouakchott.
Dans son exposé, le conférencier a abordé les mobiles psychologiques et sociaux du terrorisme, citant dans la première catégorie l'entêtement aveugle, l'inertie cérébrale, les facteurs psychiques héréditaires, le désespoir de réaliser certains objectifs ou besoins ou d'arriver à la place désirée, l'oisiveté.
Dans la seconde catégorie, il a résumé ces mobiles dans l'existence de classes sociales marginalisées, la dislocation des foyers, l'influence des mauvais compagnons, l'absence du rôle des oulémas..
Il a souligné également que le fait que la culture sociale mauritanienne soit dépourvue du phénomène du terrorisme, s'explique par la référence au rite malékite et à la foi El Ech-ari, ainsi que par les mahadras mauritaniennes " qui ont joué un rôle important dans la diffusion et l'enracinement de la culture islamique pure, dépourvue des sens de la violence et à de l'extrémisme.
Commentant ce second exposé, M. El Hacen Ould Amar Belloul, a indiqué que " le terrorisme est étranger, qu'il doit être désigné de
" kharij ", du fait que ses adeptes sont sortis du cadre religieux "comme ont été appelés avant eux les " khawarij " dans l'histoire islamique.
Plusieurs autres interventions abordant la définition des dangers de l'extrémisme et du terrorisme, ainsi que la nécessité de s'en éloigner ont été présentées après ces deux conférences, auxquelles ont assisté plusieurs professeurs, intellectuels et experts en la matière.



Dernière modification : 25/10/2010 19:17:39