Nouakchott,  24/10/2010
Le ministre des affaires économiques et du développement, M. Sidi Ould Tah et l'ambassadeur de France en Mauritanie, SEM Michel Vandepoorter ont signé dimanche soir, dans les locaux du ministère des affaires économiques à Nouakchott une convention au terme du quelle la France accorde à notre pays un don d'un million 500 milles euros, soit l'équivalent de 600 millions d'ouguiyas.
Ce financement est destiné au projet d'appui à la Communauté Urbaine de Nouakchott.
Le projet devra permettre la mise en place d'un cadre technique et organisationnel pour un nouveau partenariat entre pouvoirs publics et la société civile dans les 9 communes de Nouakchott.
La signature de cette convention traduit l'importance accordée par la Mauritanie à la gouvernance locale et constitue un aspect des multiples facettes de la coopération exemplaire liant la France à la Mauritanie.
Dans un mot prononcé pour la circonstance, le ministre des affaires économiques a remercié la France pour l'appui généreux qu'elle n'a cessé d'apporter à la Mauritanie, dans le cadre des relations privilégiées existant entre les deux pays et leurs deux directions, précisant que l'appui en question a pour but de renforcer le rôle des collectivités locales, un domaine qui s'inscrit dans le cadre des priorités du programme du Président de la République, Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz, a-t-il précisé.
Il a ajouté que la France a signé avec la Mauritanie, cette année, plusieurs conventions, soulignant que la coopération existant entre les deux pays donnera lieu à la signature d'autres conventions utiles.
Pour sa part, l'ambassadeur de France a indiqué que cette nouvelle dotation, d'un million et demi d'euros pour la période 2010-2013 " est destinée à contribuer au renforcement de la cohésion sociale en milieu urbain par la promotion de la démocratie de proximité".
Il a ajouté que l'exode rural et la sédentarisation d'une large partie de la population mauritanienne " s'insèrent dans des logiques qui dépassent le cadre national qu'il faut prendre en considération pour agir", soulignant que ces phénomènes " se traduisent par une nouvelle pauvreté urbaine aggravée par la fragilisation du tissu familial et social que la Mauritanie éprouve comme tous les pays de la planète".
Le diplomate français a insisté sur la nécessité de renforcer l'action publique par une collaboration accrue entre l'Etat, les élus locaux et la société civile, soulignant que c'est là la finalité du projet "Gouvernance locale et cohésion sociale".
Ce projet a-t-il noté a pour objectifs:
- d'améliorer la connaissance du milieu urbain par la mise en place à Nouakchott d'un mécanisme d'observation sociale, d'études et de recherches sur les dynamiques urbaines;
- de dynamiser la concertation locale à Nouakchott et renforcer les acteurs dans les rôles qui leur sont dévolus: appui à la création de cadres de concertation municipaux, mise en place d'un fonds d'appui aux initiatives locales doté de 600 000 euros, soit près de 230 millions d'ouguiyas, formation des associations locales et des élus, élaboration d'outils méthodologiques adaptés...;
- de renforcer la professionnalisation des animateurs de développement: mise en place d'un dispositif de formation diplômante en alternance pour les agents en poste au sein des collectivités territoriales, des communes, des organisations de la société civile.
La cérémonie de signature s'est déroulée en présence du ministre de l'intérieur et de la décentralisation, M. Mohamed Ould Boilil.
Dernière modification : 24/10/2010 17:00:00