Nouakchott,  14/10/2010
La Commission nationale des droits de l'homme (CNDH) s'est félicitée de la " célérité de la réaction de l'administration " au sujet d'investigations concernant la Prison de Dar Naim suite à un " nombre élevé de décès " dans cette prison.
Ceci ressort d'un communiqué lu par son président, M. Bamariem Baba Koita, jeudi à la Prison de Dar Naim dont voici l'intégralité :
" Alertée par le nombre élevé de décès enregistrés ces derniers temps à la Prison de Dar Naim pour des raisons médicales non encore élucidées, la Commission nationale des droits de l'homme (CNDH) a entrepris dès le 12 octobre des investigations sur les lieux et auprès des différentes administrations concernées.
Il ressort de l'état des lieux d'aujourd'hui que celui-ci n'est malheureusement pas différent de celui constaté lors des différentes investigations conduites en mai 2010 sur l'ensemble du territoire national et à la suite desquelles la CNDH exprimait déjà son inquiétude quant à la surpopulation carcérale, à l'insuffisance de la ration alimentaire, à l'état d'insalubrité des lieux et au manque criant de suivi médical des détenus.
La CNDH avait proposé une série de mesures visant à l'amélioration de conditions de vie des détenus. Ces recommandations gardent toute leur acuité.
Face à la gravité de la situation, la CNDH, tout en se félicitant de la célérité de la réaction de l'administration à un haut niveau, propose des mesures d'urgence en vue d viabiliser les lieux de détention et les rendre dignes de recevoir des êtres humains :
-
Au plan administratif, améliorer la coordination inter départements et redynamiser la Commission sur les prisons ;
-
Dans le domaine médical, envoyer dans l'immédiat des équipes médicales sur les lieux pour procéder à la visite des pensionnaires ;
-
Au plan nutritionnel, revoir la quantité et la qualité des rations alimentaires allouées aux détenus ;
-
Sur le plan de l'hygiène et de la salubrité, désinfecter et assainir la totalité des lieux.
Dans le court terme, prendre toute mesure visant à décongestionner la Prison de Dar Naim à l'effet de préserver l'impact de la grâce présidentielle d'Id El Fitr dont ont bénéficié plus de 200 prisonniers et promouvoir les libérations conditionnelles prévues par la loi.
A long terme, promouvoir des politiques alternatives à l'incarcération et viser la réinsertion sociale des détenus.
La CNDH reste disponible à poursuivre les réflexions dans ce sens avec les départements concernés et tient à présenter ses condoléances aux familles des disparus ".

Dernière modification : 14/10/2010 09:24:42