Nouakchott,  05/10/2010
La journée du 5 octobre coïncide avec la journée mondiale des enseignants. A cette occasion, un débat a été organisé au siège de la commission nationale pour l'éducation, les sciences et la culture à Nouakchott, qui a traité des problèmes auxquels sont confrontés les instituteurs, la faiblesse des niveaux et la négligence des connaissances.
Dans ce cadre, M. Ahmed Ould Imam, inspecteur de l'enseignement fondamental à la moughataa de Dar Naim, a insisté sur le rôle de l'enseignant, sur son importance dans l'éducation et la préparation des générations, comme base solide sur laquelle se fondent les Etats développés, grâce à la disponibilité d'ingénieurs, de médecins et d'experts dans les différents domaines professionnels et cognitifs.
L'inspecteur a appelé l'Etat et la société à replacer l'estime de l'enseignant, sur les plans matériel et moral, évoquant également la faiblesse des niveaux constatée aujourd'hui, "en raison de l'absence de formations des maîtres, qui peuvent être appelés à enseigner des matières sur lesquelles ils ne sont pas préalablement initiés, malgré l'inexistence d'autres facteurs incitatifs" a-t-il indiqué.
Il a souligné aussi, que l'enseignement a connu de nombreuses améliorations ces dernières années, avec des rémunérations nouvelles, qui ont hissé les conditions matérielles des instituteurs, "mais qui restent encore insuffisantes" a-t-il dit, précisant que ces améliorations ne satisfont pas les besoins fondamentaux des enseignants. "Ce qui se répercute négativement sur l'accomplissement du devoir professionnel de l'instituteur, en raison des occupations de celui-ci, dans la quête d'autres ressources pour satisfaire ses besoins familiaux et sociaux" a-t-il ajouté.
Pour sa part, le porte-parole du syndicat national des enseignants, M. El Mokhtar Ould Lavdhal Ould Abdel Weddoud a indiqué que la célébration de cette journée, contribuera à la sensibilisation sur les problèmes quotidiens de l'enseignant dans les villes, les villages et campements; appelant l'Etat à lui accorder la priorité, pour lui permettre de régler ses soucis matériels et par conséquent à l'encourager à se consacrer pleinement à sa noble mission.
Il a également rappelé que la civilisation arabe et islamique, sous le règne de Haroun Rachid, était prospère "en raison de l'importance et de la place appropriée accordées aux maîtres, au point de devenir des symboles et des conseillers du khalife dans tous les domaines", a-t-il dit.
M. El Mokhtar Ould Lavdhal Ould Abdel Weddoud, a abordé aussi la place du savoir au sein de la société mauritanienne des siècles derniers et l'apport des Oulémas dans sa diffusion dans les Etats voisins et dans d'autres contrées lointaines; "ce qui leur a valu une renommée qui a dépassé celle de leurs semblables à El Azhar, Zeitoune et autres grandes universités scientifiques ".
Dernière modification : 05/10/2010 16:43:38