Nouakchott,  25/08/2010
Le ministère du développement rural à Nouakchott a abrité mercredi la signature d'un document de projet financé par la FAO avec une enveloppe de 331 mille dollars américains pour une durée de deux ans à titre d'appui à la filière semences traditionnelles dans notre pays.
Le document a été signé, côté mauritanien, par M. Brahim Ould M'Bareck Ould Mohamed El Moktar, ministre du développement rural et côté FAO par M. Guy Gauvreau, représentant du PAM et par intérim représentant de la FAO.
A cette occasion, le ministre du développement rural, en remerciant la FAO, a souligné que le succès de la campagne agricole est tributaire de la qualité des semences qui constituent un axe important.
Cet axe marqué jusque là par la précarité, ne manquera pas, une fois objet de l'attention requise, de contribuer à relever sensiblement la production agricole.
Le représentant de la FAO par intérim a indiqué que le projet TCP vise à restaurer le capital semencier à travers la qualité des semences traditionnelles et la collecte des écotypes locaux afin d'assurer la sécurisation des variétés autochtones et d'accroître ainsi la productivité.
Dans le but de couvrir l'ensemble des systèmes de cultures traditionnelles, et typographies correspondantes (pluvial, derrière barrages, décrue du fleuve et ses affluents, décrue améliorée, bas fonds) la collecte des écotypes couvrira les régions suivantes: Guidimagha, les deux Hodh, l'Assaba, le Brakna et le Tagant.
Dans un premier temps, 5 villages par wilaya seront couverts et 10 à 15 producteurs par village avec un total de 250 à 500 agriculteurs ciblés et ce, en plus des paysans multiplicateurs dont le nombre atteindra à la fin du projet 60 à 80.
Ainsi un stock semencier minimum sera mis sur pied pour garantir la régénération du capital semencier.
La cérémonie s'est déroulée en présence du secrétaire général du ministère du développement rural et du chargé de mission au cabinet du ministère et du directeur de l'agriculture.

Dernière modification : 25/08/2010 16:18:28